Subscribe

Get the latest posts delivered right to your inbox.

or subscribe via RSS with Feedly!

La Fin des paysans

La Fin des paysans

Au lendemain de 1945, la campagne bretonne -- à l'instar de toutes celles de France -- est appelée à se réveiller. L'idée était de sortir la terre armoricaine de son sous-développement.

Paradoxe ! Lorsque l'on sait que, de tout temps, elle fut surnommée la ceinture dorée grâce à ses primeurs, ses pommes, ses artichauts, ses choux-fleurs, ses fraises, sa pêche fraîche de poissons et de crustacés grouillant de vie, ses marais salants gorgés de magnésium, ses sels minéraux et autres oligo-éléments, ses marchés aux chevaux, ses vaches pie noir au lait pesant plus de crème que toutes autres.

À défaut d'enrichir les paysans, l'encadrement venu des villes a fait son beurre et les intellectuels leur renommée.

Au départ, les jeunes ont cru à ces enseignements nouveaux, qu'ils fussent chrétiens ou laïques. Sur le conseil des techniciens et des technocrates, ils ont fui, méprisé les méthodes de leurs pères qu'ils ont vite pris pour des ignares. Ils ont tout voulu changer, même leur terre. Finis les talus et les drainages naturels assurés par les fossés, les ruisseaux, les chênes, les saules et les peupliers, fini le goémon, le fumier. Place au hors sol et aux engrais chimiques dont on ne sait toujours pas éliminer les déchets.

C'est ce temps d'effervescence, puis de rébellion, une fois passées les illusions, de ces paysans des années soixante que raconte ce roman documentaire écrit d'une plume pleine de la vivacité de l'air marin.

Pour décor, l'auteur a choisi le pays gallo, l'est de l'Armorique : le nec plus ultra de l'archaïsme, dit-on... En ville !

Claude Kerlaz

Cheminements éditions

ISBN : 2-84478-107-1

19€67

Commentaires: