Le dossier F.L.B.

Le dossier F.L.B.

4ème de couverture

alt

Erwann Chartier - Alain Cabon

Coop Breizh

978-2-84346-296-2

20€

Plongée chez les clandestins bretons

Depuis le milieu des années soixante, la revendication radicale bretonne porte un nom : Front de Libération de la Bretagne. Si le F.LB. puis l’A.R.B. (pour armée républicaine - ou révolutionnaire - bretonne), ont connu bien des aléas durant toutes ces décennies, et qu’ils n’ont plus fait parler la poudre depuis 2000, ils restent des mouvements qui ont indéniablement marqué l’Histoire bretonne contemporaine. Dans un débat désormais pacifié, sinon résolu, sur les velléités indépendantistes de la région, la vie et les actions du F.L.B. peuvent enfin faire l’objet d’une étude historique rigoureuse. C’est ce que proposent les deux auteurs du présent ouvrage, partis recueillir les témoignages directs de très nombreux acteurs de premier plan de l’action directe indépendantiste et autonomiste en Bretagne. Une véritable plongée chez les clandestins.

La qualité de ce travail de longue haleine réside dans cette mise en perspective des faits, des rapports de police, des pièces juridiques, des articles de presse, avec les souvenirs rapportés pour la première fois au grand jour de ceux qui ont concrètement participé à cette histoire. Sans oublier la non moins nécessaire distance critique des auteurs, tous deux journalistes, qui toujours recadre les inévitables partis pris d’une aventure collective à l’impact encore très sensible en Bretagne.

Erwann Chartier est journaliste (ArMen, Le Télégramme ...) et auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire contemporaine en Bretagne et en France : La question bretonne, enquête sur les mouvements politiques bretons (avec R. Larvor), An Here, 2002 : La France éclatée, régionalisme, autonomisme, indépendantisme (avec R. Larvor), Coop Breizh, 2004 : Jean-Yves Cozan, l’homme à l’écharpe blanche, Coop Breizh, 2005, etc.
Longtemps journaliste à Brest, Alain Cabon a couvert plusieurs attentats du FLB, particulièrement dans les chaudes années 70. Puis en tant que grand reporter à Ouest-France, attentif aux conflits des minorités, il sera amené à approcher l’IRA, l’ETA, le FLNC ... Lui restait, menant son enquête la plus longue à la faveur de ses premières années de retraite, à tirer patiemment les fils du FLB. Pour retrouver et faire témoigner ceux que la clandestinité avait voués au silence.