Les bretons le dos au mur

Les bretons le dos au mur

4ème de couverture

alt

Ronan Caerléon

Éditions de la Table Ronde

LE FLB devant la cour de sureté de l’état

« Fidèle à sa mission, le FLB-ARB frappe ! »

« Pour que les Bretons qui se battent le dos au mur soient entendus du gouvernement de Paris. »

Or, l’État riposte par un grand procès !

Ouvriers, paysans, artisans, employés, travailleurs indépendants... membres du FLB sont traduits en octobre 1972 devant la Cour de Sûreté de l’État. Pour « infraction en relation avec une entreprise individuelle ou collective consistant à substituer une autorité illégale à l’autorité de l’État ».

A la barre du tribunal, des Bretons venus de toute la Bretagne accusent : « Les vrais coupables sont au gouvernement ! »

Le pouvoir qui ne veut « ni héros ni martyrs » recule ... Mais rien n’est résolu ! Le FLB va-t-il frapper de nouveau ?

Le Breton de 1972 veut obtenir les conditions d’un épanouissement culturel, économique, social et politique. La seule solution pour une Bretagne vivante et prospère est dans la reconnaissance des minorités ethniques de l’Hexagone afin qu’elles puissent participer à l’élaboration d’une Europe humaine.

Dans ses précédents ouvrages (Complots pour une république bretonne, La Révolution bretonne permanente, Au village des condamnés à mort), Ronan Caerléon à étudié l’histoire du mouvement autonomiste breton et les différents aspects de l’actuelle « contestation » bretonne. Il était donc particulièrement qualifié pour évoquer aujourd’hui le grand procès où, pour la première fois, les combattants de la cause bretonne ont pu développer leurs arguments devant la Justice française. Des arguments qui sont aussi ceux de Ronan Caerléon dans son œuvre et dans son action militante.