Subscribe

Get the latest posts delivered right to your inbox.

or subscribe via RSS with Feedly!

Parlons du breton !

Parlons du breton !

Association Buhez

Editions Ouest-France

2-7373-2927-2

Les langues tiennent chaud au coeur. Elles passionnent même !

Aujourd’hui, de nombreux bretonnants disent avoir « du breton plein la tête ». Ils s’expriment dans cette langue, en éprouvent du plaisir et aiment partager leur bonheur.

Le breton a toujours su conserver sa visibilité. Majoritairement parlé en Basse-Bretagne jusqu’à peu, il a pourtant subi de profondes mutations au cours du 20e siècle : son usage a considérablement régressé. Depuis la Seconde Guerre mondiale, le nombre de locuteurs a diminué de 80%. Malgré tout, les chiffres ne peuvent être tenus pour négligeables : environ 240 000 personnes parlent le breton, soit 16% de la population de Basse-Bretagne, soit encore 8,5% de la population de la Région Bretagne.
S’il reste toujours lié à la Basse-Bretagne, le breton peut aussi s’écouter, se parler ou s’apprendre en divers autres lieux. Plus qu’à la maison peut-être, le breton se pratique dans des lieux de sociabilité comme les fêtes et l’école. Les classes bilingues d’enseignements par immersion qui se développent au rythme annuel de 10 à 15% témoignent des choix en faveur du breton.
Rejoignant les attentes du public, nombre de chercheurs ont consacré leurs études au breton. En quelques décennies, la recherche s’est faite foisonnante et diverse tant en histoire qu’en lignuistique, en littérature qu’en sociolinguistique. Elle permet aujourd’hui de livrer un bilan qui approfondit nos connaissances linguistiques, qui précise notre perception historique et qui donne la pleine mesure de l’expression de langue bretonne.
Cette recherche profondément renouvelée permet d’aborder plus facilement la question de l’avenir du breton. Sa transmission est une interrogation centrale : comment surmonter la coupure entre générations et comment réapprendre le breton aux jeunes ? Son rayonnement est également à repenser en permanence : quels usages de la langue saura-t-on privilégier ?

Commentaires: